au fil de l'eau

13 janvier 2017

LES OUBLIES DE LA GRANDE GUERRE

 

 

Vous allez dire encore un hommage à un ancien combattant mais cette photo de mon grand-père maternel lors de sa convalescence m'a fait me poser des questions.

14 18 henri

Henri Prévost 1er rang à gauche.

Lors des commémorations de ce triste centenaire du premier conflit mondial nous allons entendre beaucoup parler de Verdun, de la Somme, du Chemin des Dames, d'Ypres et bien d'autres territoires de France métropolitaine et de Belgique qui ont vu l'horreur des massacres et des destructions.

Mais il est d'autres endroits où, lors de ce conflit, se sont déroulées les mêmes horreurs dans des conditions(toutes proportions gardées) pires que celles endurées par nos poilus du front de l'est et du nord de la France.

Photographie prise depuis une colline donnant sur une large baie où se trouvent de nombreux navires de transport. Au premier plan, une colonne de soldats en armes marche sur un sentier dans un paysage aride et pelé.

Débarquement des troupes françaises sur l'ile de Lemnos.

Décriés par bien des Français tant civils que militaires ces POILUS D'ORIENT n'ont rien à envier à leurs confrères métropolitains.

Si l'on voit dans la Grèce et la Turquie des lieux enchanteurs avec un climat idéal, une mer aux eaux cristallines, en un mot, un éden pour touriste, on peut comprendre la jalousie du poilu dans sa tranchée boueuse.

Mais ce n'est pas pour faire "du tourisme" que des milliers de militaires sont envoyés sur: le front d'orient.

Nous allons survoler cette tragédie en deux actes.

 

PREMIER ACTE. LES DARDANELLES.

On parlait dans la famille des Dardanelles, de Salonique, mais que cachaient ces endroits.


Les Dardanelles, si vous ne le savez pas c'est un détroit relativement étroit (sans jeu de mot) qui relie la mer Égée à la mer de Marmara et de là au Bosphore puis à la mer Noire.

Afficher l'image d'origine

Lord Winston Churchill

Pendant la première guerre mondiale, Winston Churchill alors premier Lord de l'amirauté, décide d'envoyer une flotte de navires sur le déclin afin de combattre les turcs et de faire entrer dans l'alliance la Grèce et la Bulgarie. Sous évaluant les capacités de l'armée turque l'affaire sera un énorme fiasco pour les alliés,(britanniques, français, australiens, néo-zélandais). De nombreux navires coulés par les mines et les sous-marins ainsi que de nombreuses pertes humaines sur mer et sur terre où la logistique n'avait pas anticipé les besoins dans un milieu hostile le manque d'eau les maladies et la détermination des Turcs soutenus par l'Allemagne auront raison des prétentions alliées et coûteront sa place au lord de l'amirauté.

SECOND ACTE. SALONIQUE.

C'est dans cet acte que Henri Prévost mon grand-père a joué son rôle en tant qu'artilleur (artillerie lourde)

Artillerie lourde à Salonique.


Les bulgares ne se sont pas joints à l'alliance et avec l'aide de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie elle entreprend l'invasion de la Serbie.


La France et les alliés, Britanniques Italiens Russes, envoient leurs troupes pour aider les Serbes.


C'est donc à Salonique que débarquent les troupes sur le territoire de la Grèce qui n'a pas encore choisi son camp.


Comme pour les Dardanelles, le terrain, le climat et les capacités ennemies ont été mal appréhendés.


Les forces alliées commandées par le général Sarrail vont "s'embourber" dans un milieu hostile, froids sibériens l'hiver avec son lot de pieds gelés, de morts par pneumonies et autres grippes, chaleurs étouffantes l'été avec ici les maladies comme le typhus, paludisme et scorbut. C'est ce scorbut dû au manque de vitamines qui va faire attribuer aux poilus d'orient le surnom de JARDINIERS DE SALONIQUE car ils cultivent des légumes pour pallier les carences en vitamines que le maigre ordinaire ne leur apporte pas.

Afficher l'image d'origine

Genéral Sarrail.


Parfois on verra certaines compagnies perdre plus de soldats par maladie que par faits de guerre.


L'atmosphère politique n'étant guère mieux que les conditions militaires, la tour de Babel de Salonique avec ses intérêts particuliers, où chacun veut tirer la couverture à soi, devient un marigot où le royaume Grec joue un double jeu. Les dissidents grecs de Venizelos rejoignent les alliés ainsi que les Roumains.

Il faut avoir une sacrée force de caractère pour pouvoir tenir tant à l'état-major que sur le front, ordres contradictoires et magouilles politiques pour le premier, conditions de vies sur le front et dans les camps de repos pour les seconds. Pas de permissions, contrairement aux promesses, et même les convois de rapatriement sont en but aux sous-marins Allemands. De plus le courrier, grandement censuré, arrive avec retard, quand il arrive, car les torpilles Allemandes font des ravages dans la flotte.

Afficher l'image d'origine

Le commandant Lothar von Arnauld de la Perière: "l'as des as" des sous mariniers de tous les temps, 194 navires coulés représentant plus de 453 700 tonneaux.

 

Il y a peu de relève car dans une guerre par incursions et avec des infrastructures de transports déficientes il est difficile d'acheminer personnels et matériels.

La. FRANCE n'a d'yeux que pour le front de l'est où se joue le sort de la France, même
Clemenceau a peu de considération pour les combattants d'orient.

Les victoires finales de forces alliées laissent un goût d'inachevé, les divers pays impliqués tirent leurs marrons du feu. Seule la montée du bolchevisme aurait pu occasionner une poursuite du conflit, mais on en finit là.

Combien de milliers de tragédies ont émaillé ces conflits, ces morts et leurs familles, ces blessés mutilés ou défigurés, et tous ces survivants victimes de syndrome post traumatique, comme on dit maintenant.

Mon grand-père faisait partie de ces derniers, est ce que ce sont ces années d'enfer qui l'ont poussé vers ces boissons fortes qui ont détruit sa famille et provoqué sa volonté de fin de vie?

PENDANT CES ANNÉES DE COMMÉMORATIONS DU CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE, PARLERONS NOUS DE CES COMBATS D'ORIENT, OU EST CE QUE LES ACTEURS DE CE CONFLIT SERONT POUR TOUJOURS, COMME ALORS,
LES OUBLIÉS DE LA GRANDE GUERRE.

Posté par clonilau à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 décembre 2016

CET ONCLE QUE NOUS N'AVONS PAS CONNU

Nous commémorons en ces périodes la mémoire de nos poilus, centenaire oblige, et j'ai dans ces pages rendu hommage à mes grands pères Henri et Claude et mon grand oncle Joseph mort sur le front de la Chapelotte.

N'oublions pas cependant la "Dernière guerre"où là aussi un grand nombre de vies tant civiles que militaires se sont tragiquement terminées.

Parlons donc de CET ONCLE QUE NOUS N'AVONS PAS CONNU.

Il est le demi-frère de la fratrie issue de mon grand-père Claude et de Julie son épouse, dont mon père.

Il est né de l'union de ma grand-mère Julie et de Claudius GAILLARD, cavalier au dix septième régiment de chasseurs à cheval, lors de leur mariage le 24 juillet 1911 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle).

Il es à noter que Claudius est né à Pontoux, arondissement de Chalon sur Saône (Saône et loire) dans le même département de naissance que Claude.

Julie a donc épousé a 5 ans d'écart,en Lorraine (M-et-M), deux militaires bourguignons de (S-et-L). Coincidence?

Il voit le jour le 20 août 1911 à Moyenmoutier (Meurthe-et-Moselle).

roger 1     

Le voici (à gauche) avec sa maman Julie et mon père Yvon.

roger 2

Roger Manuel GAILLARD

voici son nom de baptême.(a gauche) avec Yvon.

roger 3

Toujours avec Yvon

Dans l'inconscience de la jeunesse et le manque d'intérèt que l'on porte aux histoires des anciens, par les non dit, par le manque de questions posées, par pudeur ou par crainte, il y a beaucoup de lacunes dans les histoires familiales souvent difficiles a combler.

La "toile" est cependant là pour nous donner un coup de pouce.

Je savais qu'il avait trouvé la mort lors du dernier conflit à la bataille de Monte-Cassino après avoir sauté sur une mine.

Lee site : Mémoire des hommes m'a permis de retrouver la date de sa mort le 14 juin 1944 à Borghetto  Italie (je suppose dans le Latium) car il y a beaucoup de Borghetto en Italie.

Comment un petit gars de Lorraine se retrouve quartier-maître mécanicien au premier régiment de fusiliers marins ?

roger 4

Roger GAILLARD.

Je n'ai pas toutes les réponses et je n'ai pas retrouvé la photo où on le voit torse nu, le crane rasé appuyé contre un véhicule, peut-être celui avec lequel il a sauté ?

Ayons une pensée pour "CET ONCLE QUE NOUS N'AVONS PAS CONNU".

Roger GAILLARD

 

Posté par clonilau à 09:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mars 2016

N'est-il pas paradoxal que ce grand pourrissoir d'humains qu'est une galère, soit d'un autre côté la vitrine du bon goût et de la puissance de la France.
De tous temps les galères ont été employées pour le commerce et pour la guerre et sont les fleurons des états où des compagnies qui les utilisent.
La suprématie que prennent les "bateaux ronds" navires de transports(volume
emporté) ou de guerre(importante puissance de feu,et meilleure solidité) va s'accommoder encore quelques temps de la compagnie des galères. Plus "fragiles" et bien moins armées elles ont cependant l'avantage d'avoir un tirant d'eau faible, et une meilleure manœuvrabilité, qui leurs permettent des attaques rapides et inattendues. Elles sont également utilisées pour tracter des navires en difficultés lors des combats.

image


Parlons un peu de l'armement d'une galère. Mis à part l'armement individuel des soldats et des pierriers (petits canons se chargeant par la culasse) disséminés le long des rembarres, seul trois canons d'important calibres son disposés à l'avant du navire. Ces canons ne pouvant être orientés la galère doit se diriger frontalement vers l'objectif à atteindre, et les tirs rasants ne peuvent toucher que les parties basses des gros navires. Les abordages ne peuvent également se faire que par l'avant, les rames empêchant de se mettre bord à bord.
Nous voyons ici les limites des galères dans de grands affrontements des lors qu'il s'agit d'attaquer de lourds bateaux bien équipés et bien armés.
Elles se contentent souvent de courses contre les pirates barbaresques qui sévissent en Méditerranée et de faire de la "propagande" à la gloire du royaume de France.

IMG_1821

Proue de réale.(musée de la marine Paris)


Les ors des ornements de poupe doivent en imposer aux états ainsi que les cérémoniaux d'accueil, coups de canons, bannière aux armes des nations, et les réceptions protocolaires de haut niveau.

image


Ainsi va la vogue des galères qui bientôt s'éteindront victimes de leurs fragilités et de la montée des lourds navires.
Les galériens deviendront bagnards, les pieds sur terre mais toujours enchaînés.
Ainsi en est-il de la destinée des hommes, gloire et déchéance, résumée dans le petit monde des galères.
Voilà j'en ai fini de ma série "galérienne". Ce n'est qu'un survol, un résumé. Je ne pouvais pas tout vous raconter, mais peut être aurez vous comme moi l'envie d'en connaître un peu plus.
Voici quelques ouvrages disponibles gratuitement sur internet en PDF.


Le plus émouvant: Mémoires d'un protestant condamné aux galères de France pour cause de religion. De Jean Matheile. Dans Gallica PDF


Le plus complet: Les galères de France 1481-1781 Marseille port de guerre. De Paul Masson. Dans Gallica PDF.


Le plus technique:Mais comment pouvait-on ramer sur les galères du Roi soleil. De MM René Burlet, Jean Carriere et André Zysberg. Sur Persée PDF.


BONNE LECTURE.

 

Posté par clonilau à 15:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 mars 2016

FONCTIONNEMENT DU "MOTEUR" DE LA GALERE.

Comment fonctionne le moteur (d'une galère)
Il y a d'abord l'énergie humaine et la bonne volonté de cet humain qui devraient être suffisantes, mais lorsqu'on est asservi, mal nourri et dans des conditions matérielles horribles, la motivation n'est pas vraiment là. Vient alors le "starter", la"bougie d'allumage" j'ai nommé : LE COMITÉ et sa corde. Cette corde qui vient redonner énergie et motivation au plus récalcitrant, au plus fatigué, au plus malade. Cette corde qui s'abat sur les dos dénudés de la chiourme.

image


Des essais de navigations avec des individus libres n'ont jamais réussi à obtenir la même "productivité"
Venons en à la technique. Si pour ramer en barque, en canoë, en kayak ou en aviron (sport)ce sont surtout les bras qui sont sollicités, parfois bras et jambes pour l'aviron, il n'en est pas de même sur les galères car les bras ne peuvent pas se plier à cause du peu d'espace entre les rameurs. C'est donc l'ensemble corps et jambes qui sont sollicités les bras n'étant que la "bielle" qui transmet l'énergie entre le corps et la rame.
Autre élément important, la synchronisation. Ici on n'arrose pas le dos de son coéquipier lors d'une mauvaise manœuvre avec une pagaie de quelques kilos, ici on paie le prix fort, car un crâne contre une pièce de bois d'une centaine de kilogrammes ne fait pas le poids. La mort n'est pas loin.
Comme nous l'avons vu lors du billet précédent, la charge de travail n'est pas la même pour tous les rameurs d'un banc. La technique est la même mais l'ampleur des mouvements et la puissance diminuent dès-lors qu'on se rapproche de l'extérieur du navire.
Le mouvement s'apparente à la montée de deux marches d'un escalier.

image

Un petit croquis vaut mieux q'un grand discour.

image

Deux c'est encore mieux.

Comme vous pouvez le voir il y a plusieurs sortes de vogues.

Imaginez vous un seul instant, même en vogue ordinaire, même en vogue par quartier où seule la moitié, avant ou arrière rame tandis que la seconde moitié se repose, réitérer pendant des heures ce mouvement.

Alors, si vous êtes en PASSE VOQUE, là vous souffrez car le mouvement est plus ample (la contre pedagne a été retirée) et la cadence plus rapide. Cette vogue est heureuse peu employée sauf  ponctuellement lors de combats, ou pour assouvir le sadisme et la suffisance d'un capitaine qui veut faire montre de son pouvoir..

A SUIVRE: DE L'UTILITÉ DE LA GALÈRE?

Posté par clonilau à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2016

RAM.RAM. RAMEURS RAMEZ.

Qui peut comprendre comment les rameurs pouvaient s'adapter à l'épreuve de la vogue ?
( Pour une réponse technique et ergonomique lire le livre, disponible en PDF: Mais comment pouvait-on ramer sur les galères du Roi soleil, de MM René BURLET, Jean CARRIÈRE et André ZYSBERG )

imageK


Nous allons essayer de comprendre, ou pas, les conditions de vie des galérien lors de la vogue.
Faisons abstraction des conditions de vie, violence, hygiène, nourriture, dont nous avons eu un aperçu lors des billets précédents, pour nous pencher sur:
L'environnement: le poste de travail.
L'outil: la rame.
Le moteur: le galérien

LE POSTE DE TRAVAI:


Ce qu'on appelle le banc de galère comprend quatre éléments, le banc, la banquette, la pedagne et la contre pedagne.


LE BANC: C'est une robuste traverse de pin de 2,26 m par 16 cm pour une épaisseur de 14 cm. Un rembourrage de tissus et de cuir habille ce madrier pour améliorer le "confort " du rameur
LA BANQUETTE: C'est le sol où reposent les pieds des galériens. Large de 46 cm épaisse de 5 cm et de longueur équivalente au banc.
LA PEDAGNE: bordant l'avant de la banquette, c'est un madrier de pin de 14 cm par 8 cm, c'est l'appui du pied enchaîné.
LA CONTRE PEDAGNE: C'est une pièce de pin d'environ 11 cm par 5 cm fixé au banc précédent.

L'OUTIL:

La rame ( on appelle palamente l'ensemble des rames)
L'aviron d'une galère ordinaire mesure 12 m de long pour un poids de 130 kg ( 14 m pour 160 kg sur une Réale )
Deux à quatre rames sont taillées dans un seul tronc de hêtre.
La partie la plus courte, celle à l'intérieur du bateau mesure 3 mètres et doit être aussi lourde que la partie extérieure.(Une plaque de plomb de 5 kg y est encastrée pour établir l'équipe )
La rame qui a 50 cm de diamètre au niveau des rameurs est amincie à son extrémité pour former le maintenen permettant au VOGUE-AVANT de tenir l'aviron. Les autres rameurs du banc manœuvrent la rame grâce à la manille, une pièce de bois clouée sur celle ci.

image

Rames ( partie intérieure:le biol ) on y voit le maintenen, la manille et les renforts en chêne les galavernes

( pièces de maquette réalisée par: http://b.rimlinger.free.fr/sommaire.htm)

LE MOTEUR:


Intéressons nous maintenant à la composition d'un banc de chiourme.
A la partie la plus centrale se tient le vogue-avant, c'est un galérien de forte composition, souvent un turc. C'est lui qui donne le plus de puissance et commande les autres rameurs du banc.
A côté de lui se tient l'apostis, puis le tiercerol, le quarterol, le quinterol ( le sexterol, et le septerol sur une Réale ou une commandante) Les efforts et les mouvement sont de moins en moins importants, lorsque l'on se rapproche du bord externe de la galère. 

A SUIVRE :COMMENT FONCTIONNNE LE "MOTEUR"?

 

Posté par clonilau à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,